« Je me libère de toute colère », 2ème idéal de Reiki

En voici un beau programme, n’est-ce pas ? « Je me libère de toute colère » ! En toute franchise, je n’y arrive pas tout le temps, et, comme tout être humain, il m’arrive de m’énerver ! Il s’agit là du 2ème idéal de Reiki : Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère. Cela mérite bien quelques réflexions à ce sujet 😉 !

Se libérer de la colère : bonne ou mauvaise idée? 

« Je ne suis pas une personne colérique, du moins quand on ne m’énerve pas ! » 😀 
Rigolo, non ? Et facile de rendre les autres responsables de notre attitude. La colère est une façon de réagir, lorsque nous arrivons à un point que nous ne pouvons plus supporter. C’est le « STOP, ça suffit. Je ne peux pas aller plus loin ». 

Et bien souvent, c’est parce que nous n’avons pas dit Stop avant, quand nous avions l’opportunité de dire non avec douceur, posément. 
On accepte pour faire plaisir, pour se sentir aimé(e), accepté(e), mais au fond de nous, nous savons que nous sommes en désaccord avec ce qu’on nous demande. 

Voici un exemple.
Lorsque nous acceptons une invitation, alors que nous savons que la soirée ne correspondra absolument pas à ce que nous aimons, cela crée déjà un sentiment de frustration en nous. Et nous commençons déjà à nous mettre en conditions pour nourrir une future colère. 
Au fil de la journée d’autres circonstances viendront probablement nous contrarier, l’idée de cette invitation qui nous déplaît ne fait que s’amplifier au fil des heures. 

Je vous laisse imaginer la suite. Nous allons finalement à cette invitation plutôt avec une sensation de « Oh là là, comment ça va encore se passer ? »… Pour avoir envie de repartir au plus vite. Et nous mettre en colère contre notre conjoint pour une broutille ! 
Alors « se libérer de toute colère » nous paraît être mission impossible.

Comment se sortir de ce mauvais pas ?

Alors, comment on fait pour « se libérer » de cette colère ? 
Des épisodes similaires à celui que j’ai cité un peu plus haut j’en ai vécu. Parfois même, lorsque je me mettais en colère, je ne savais même plus la raison de cette colère, étonnant non ? 

Aujourd’hui, cela m’arrive de moins en moins de me mettre en colère. Pourquoi ? Parce que j’essaie le plus possible de respecter mes limites, d’oser dire non et de choisir l’environnement qui me fait du bien, que ce soit dans la nature ou avec les personnes qui m’entourent. Je n’ai pas tout modifié en un jour, j’y suis allée à mon rythme. Et je dois admettre que j’y arrive de plus en plus 🙂 

Et le Reiki dans tout ça ? 

Une raison supplémentaire pour cultiver un sentiment d’apaisement dans notre vie que nous rappelle Mikao Usui dans le Reiki est que ce sentiment de colère vient s’imprimer en nous, et au fil des années nous rend aigri, triste et peut même affecter notre santé. La colère qui approche, il est bon de s’en rendre compte. Et, avec nos moyens : sortir marcher quelques pas, faire de grandes respirations, permet de faire tomber la pression et se poser la question : qu’est-ce que je veux vraiment ? 

Se respecter et s’écouter. « Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute colère ».

Les idéaux de Reiki sont des propositions pour un nouveau mode de vie, afin de ne plus nous laisser emporter dans des événements qui  semblent diriger notre vie. 
Ils nous aident à prendre conscience que nous avons toujours le choix, que cela dépend toujours de nous, et que personne ne vient nous dicter comment réagir.

Ce 2ème idéal de Reiki vient à la suite de « Juste pour aujourd’hui, je me libère de toute préoccupation », ces préoccupations qui viennent alimenter une possible colère. 
Pas à pas, jour après jour, on peut avancer sur cette voie plus apaisée et avoir une vie plus sereine !

A lire aussi, sur le même sujet : le côté positif de la colère 

Vous aimeriez en savoir plus sur le Reiki ? Contactez moi par mail : martine.freyburger.coach@gmail.com ou sur ma page Facebook Martine Freyburger Coach en création d’activité indépendante 

Belles découvertes à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*