Débuter son activité indépendante

Connaissez-vous la première recette quand on décide de débuter une activité indépendante ? 

Afin d’illustrer mon propos, j’ai choisi un exemple concret et vérifiable 🙂 
Je viens de terminer la lecture d’un article qui parle d’un Restaurant très connu en Alsace, en France et dans le monde également : l’Auberge de l’Ill à Illhaeusern, 3 étoiles au Guide Michelin, et en septembre 2017 cet établissement a  fêté  les 50 ans de ses 3 étoiles !
Extraordinaire n’est-ce pas ?

Comme il faut être passionné par son métier, curieux et innovant dans ce domaine pour rester avec les 3 étoiles au firmament de la haute gastronomie française pendant un demi-siècle !
Voici, sur la photo, l’auberge de l’Ill

Alors, pour qu’il y ait alignement des planètes ( décidemment je suis inspirée par l’astronomie, après la gastronomie 😉 ) , pour obtenir la réussite dans une telle aventure, plusieurs conditions sont indispensables. 
Mais aujourd’hui, on ne va pas mettre la barre trop haut, n’est-ce pas ? 

Les premiers pas

Quand on décide de débuter son activité indépendante, complémentaire à un job « alimentaire », pour commencer, à notre échelle,  une brigade de cuisiniers, une équipe pour le service et une autre pour l’entretien des lieux n’est pas indispensable 😉 

Nous sommes à l’automne, l’année s’est écoulée doucement, et, parfois, avec nostalgie, on se remémore les projets que nous avions au printemps. Et, on doit bien se l’avouer, n’ont guère avancé depuis.

Les freins sont parfois subtils et insidieux, nous n’avons pas très envie d’être montré(e) du doigt en étant responsable du chamboulement de l’organisation familiale. 
Le conjoint et les enfants comptent sur nous pour toutes ces tâches que fait une maman ou une mamie et, j’ai failli oublier : un papa ou un papi !

Pourtant ce rêve d’avoir une activité complémentaire afin de se sentir plus libre et plus autonome est toujours là, êtes vous d’accord avec moi ? 
Depuis ce printemps vous avez avancé, pris des renseignements, élaboré un projet peut-être, et il vous faut juste faire un pas, prendre une décision. Tout est dans les starting block !

Oser demander de l’aide

Je sais combien il n’est pas toujours facile de s’écouter en premier, mais je sais que le jeu en vaut la chandelle !
La décision c’est toujours vous qui la prenez, toujours. Personne ne vous contraint à faire des choix que vous ne souhaitez pas.

Je sais bien que ce n’est pas forcément facile. Je sais bien que notre mental nous pose une tonne de « mais » dans notre cerveau. Alors pour palier à cela voici, puisque nous parlions de restaurant un peu plus haut, « la première recette », indispensable. A la fois simple et néanmoins pas toujours évidente.

La voici : être clair(e) avec ce que l’on veut, ou peut-être avec ce que l’on ne veut plus. 
Savoir ce qu’on veut est parfois plus facile quand on part de ce que l’on ne veut plus 😉 

En partant de là, de qui vous êtes et de ce qui vous correspond, vous aurez un socle solide sur lequel vous pourrez vous appuyer à tout moment. 
Il n’est pas toujours aisé de s’y retrouver. Les démarches administratives, les formations qu’on termine, la légitimité sont autant d’obstacles sur notre route. Un regard extérieur vous permettra de relativiser. Savoir comment avancer pour éviter de prendre des chemins qui rallongent le parcours. 

Si vous avez besoin qu’on en parle ensemble, je vous propose de vous inscrire à une conversation gratuite de 30 minutes pour faire le point.

Si vous préférez déjà consulter mon ebook, vous pouvez le télécharger, vous le trouverez ici 

Et, enfin,  si vous connaissez des personnes que cela peut intéresser, n’hésitez pas à leur transmettre cet article.
Je leur répondrai grand plaisir

Belles réussites à toutes et à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*